you're reading...
Epistémologie, Sciences humaines

Violences et genre

congres_81_signature_188021_2383Je serai présente au Congrès « Savoirs sans Frontières », 81ème Congrès de l’ACFAS – Association Francophone pour le Savoir, accueilli par l’Université Laval, Ville de Québec, 6-10 mai 2013, dans le cadre du colloque « Les frontières du privé et du politique: violences sexuelles, conjugales et politiques », organisé par Lawrence OLIVIER (UQAM – Université du Québec à Montréal) et David RISSE (UQAM – Université du Québec à Montréal – CRIFPE). 

Mon intervention portera sur les enjeux politiques des travaux en sciences sociales portant sur les violences (non sexuelles, sexuelles, sexuées ; conjugales, sociale, de guerre …) échappant au modèle femme victime / homme agresseur.

« Quel genre de violence ? Controverses et mésusages politiques des recherches en sciences sociales portant sur les violences échappant au schéma femme victime/homme agresseur »

Depuis la fin des années 1970, les enquêtes des sciences sociales et des sciences historiques se penchent sur les violences alternatives à la situation femme victime / homme agresseur : violences (non sexuelles, sexuées et sexuelles, privées, institutionnelles et politiques) subies par des hommes ou commises par des femmes sur des enfants, des femmes, des hommes. Ces recherches ont souligné les difficultés épistémologiques de l’étude de ces violences, en montrant qu’un schéma de représentation essentialiste binaire et hétérocentré (femme naturellement victime / homme naturellement prédateur, femme naturellement « bonne mère », etc.) intervient directement comme biais dans le traitement théorique et pratique des données. Toutefois, comme le soulignent les chercheuses.eurs eux-mêmes, ce champ de recherches est politiquement problématique ; on ne saurait en effet ignorer ni les utilisations frauduleuses et récupérations par les antiféministes ni les recherches directement au service de « démonstrations » antiféministes et masculinistes, qui tentent de justifier la thèse d’une symétrie quantitative et d’une identité qualitative entre violences commises et subies par des hommes et par des femmes. En conséquence, la tentation est grande et légitime pour les féministes, tant du côté des théoricien.nes que des actrices.teurs de terrain et des militant.e.s, de récuser par principe les travaux sur des violences que nous pourrions nommer alternatives.

Nous proposerons ainsi une analyse des difficultés politiques liées au champ de recherche et d’intervention sur les violences échappant au schéma femme victime / homme agresseur. Nous pensons en effet qu’il est possible de déjouer les pièges tendus par les antiféministes et prendre en compte ces violences sans jamais tomber dans l’affirmation fallacieuse d’une symétrie entre violences masculines et féminines. Sur le fondement d’un état des lieux des recherches dans le champ, nous analyserons les erreurs et manipulations épistémologiques des données à l’œuvre dans les positions antiféministes, puis indiquerons la nécessité de ces études d’un point de vue féministe non essentialisant et non victimisant, et prenant en compte les gais, lesbiennes, trans’ et intersexes. En effet, oblitérer les violences alternatives au schéma femme victime / homme agresseur exclut les violences dans des contextes non hétérocentrés, et tend à renforcer les effets de domination hégémoniques sur le corps des femmes et à les déposséder de leur agentivité comme l’ont souligné les recherches post-coloniales, ainsi qu’à rejeter les femmes violentes du côté de l’anormalité, de la pathologie, voire de la monstruosité. Nous soulignerons l’importance d’une approche différentielle (guerre, situations conjugales homo et hétéroaffectives, violences transphobes, prostitution, violences de guerre et insurrectionnelles, criminalité, etc). Les violences doivent être appréhendées dans le cadre d’une étude multidimensionnelle des dominations, car elles sont des faits sociaux et politiques, non des données de nature – quelque sens que l’on accorde à ce terme.

Publicités

Discussion

Les commentaires sont fermés.

Licence CC-BY-SA

Si vous utilisez, citez !
%d blogueurs aiment cette page :