you're reading...
Uncategorized

Envers et revers du consentement : la sexualité, la famille et le corps, entre consentement, contraintes et autonomie ; Colloque 15-16 décembre 2017

Envers et revers du consentement : la sexualité, la famille et le corps, entre consentement, contraintes et autonomie, 15-16 décembre 2017

Colloque dans le cadre de l’Axe Genre de l’Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Vendredi 15 décembre 2017 – Cevipof, Salle Lavau, 98 rue de l’université, 75007 / Samedi 16 décembre 2017 – Université Paris 1, Pôle Sorbonne, amphi Descartes, 17 rue de la Sorbonne

Adobe-PDF-Document-icon  Programme complet à télécharger

Présentation générale
Il s’agit au cours de ces deux journées d’interroger l’envers et le revers d’une forme de normativité transversale (juridique, sociale, morale) aux démocraties libérales contemporaines : le consentement (dans ses formes plurielles) et ses contreparties, les formes de contraintes qui s’exercent sur les individus. Quelles sont actuellement les conceptions du consentement ? Il s’agit d’abord d’interroger de manière critique et réflexive leurs formes dominantes, en particulier celles qui s’expriment au travers des normes juridiques, mais aussi leurs écueils et leurs limites. L’analyse des contraintes qui pèsent sur les individus constitue alors un moyen privilégié de mettre en lumière ces limites. Mais elle permet aussi d’envisager de manière critique des conceptions alternatives et émergentes du consentement ainsi que de l’autonomie des individus.
À partir d’une mise en perspective des ambiguïtés du concept de consentement, entre son acception juridique, son acception en histoire de la philosophie politique et sa signification dans le langage ordinaire (Manon Garcia), ces questions seront traitées au travers de trois champs d’application, qui donneront lieu à trois sessions du colloque au cours desquelles se croiseront les analyses juridiques, philosophiques, politiques, sociologiques et médicales.
(1) Le consentement et la sexualité. Il s’agira de proposer une réflexion critique sur la portée et les limites de la conception libérale et contractualiste du consentement dans le contexte des relations socio-sexuelles, des comportements sexuels au mariage d’amour. On s’attachera en particulier au comportements sexuels « hors-normes », comme le cannibalisme volontaire et les « perversions sexuelles » (Alicia Dorothy-Mornington ; David Simard ; Julie Mazaleigue-Labaste), mais aussi de l’institution du mariage comme problématisant le consentement à la société et la question de l’égalité (Sandra Laugier), question qui articule les problématiques de la matinée et de l’après-midi.
(2) Les contraintes familiales, qui permettent d’explorer les phénomènes qui constituent concrètement le « dehors » et l’envers de l’univers du consentement libéral dont on aura précédemment dessiné les limites. Elles seront interrogées à travers le devoir conjugal (Julie Matiussi), et, dans une perspective comparatiste, au prisme du cas des mariages forcés (Marta Dell’Aquila).
(3) Les contraintes appliquées au corps dans le contexte des relations familiales, qui dévoilent à la fois la persistance des formes de domination traditionnelles au sein de la famille (autorité parentale ; inégalités de genre), mais aussi leurs transformations actuelles. L’analyse des contraintes appliquées au corps des enfants ou des femmes dans le cadre reproductif et sexuel conduisent en effet à mettre en lumière les tensions entre les limites contemporaines du consentement et le dégagement de formes nouvelles d’autonomie accordées aux individus. Ces contraintes appliquées au corps seront abordées à l’aune de trois cas : les contraintes médicales que peuvent faire porter les titulaires de l’autorité parentale sur le corps de l’enfant et leurs limites (Laurence Brunet) ; les contraintes qui pèsent sur le corps des femmes dans le cadre du travail reproducteur, au prisme de la question des césariennes forcées (Alexandrine Guyard-Nedelec) ; la question de l’excision et des mutilations génitales (Catherine Le Bris, Ghada Hatem).

Vendredi 15 décembre 2017 – Cevipof, Salle Lavau, 98 rue de l’université 75007

8h45 – 9h15 : accueil

9h15 : introduction générale du colloque

9h30-10h : Manon Garcia, chercheuse post-doctorante, Harvard University, Boston. Les ambiguïtés du consentement.

10h-12h30 – Session 1 : consentement et sexualité. Présidence : Janie Pelabay, Cevipof
10h – 10h30 : Alicia-Dorothy Mornington, maitresse de conférences, Université Paris 1. Les limites de la tolérance libérale : le cas du cannibalisme volontaire.
10h30 – 11h : Discussion et pause
11h00-11h30 : Julie Mazaleigue- Labaste, chargée de recherche, Université Paris 1, et David Simard, doctorant, Université Paris-Est. Le consentement peut-il constituer un critère psychiatrique ? Le critère du consentement dans les classifications psychopathologiques des déviances sexuelles.
11h30 – 12h : Sandra Laugier, professeure, Université Paris 1. Consentement, divorce et autonomie dans les « comédies du remariage » à Hollywood.
12h-12h30 : Discussion

14h30 – 17h30 – Session 2 : consentement et contraintes familiales. Présidence : Alicia-Dorothy Mornington
14h30 – 15h : Julie Matiussi, enseignante-chercheuse, Université de Cergy-Pontoise. Le devoir conjugal : de l’obligation de consentir
15h – 15h30 : Marta Dell’Aquila, doctorante, Université Paris 1. Mariages forcés, mariages arrangés : consentement, contrainte et stratégies de sortie.
15h30 – 16h : Discussion et pause
16h30-17h30 : Table ronde et questions autour de l’ensemble des interventions de la journée.

Samedi 16 décembre 2017 – Université Paris 1, Pôle Sorbonne, amphi Descartes

10h-10h30 : accueil
10h30 13h30 – Session 3 : les contraintes appliquées au corps. Présidence : Julie Mazaleigue-Labaste
10h30 11h : Laurence Brunet, chargée de recherche, Hôpital Cochin, Université Paris 1. Autorité parentale et contrainte sur le corps de l’enfant.
11h 11h30 : Alexandrine Guyard-Nedelec, maitresse de conférences, Université Paris 1. La césarienne forcée sur ordonnance du tribunal : analyse d’une pratique controversée au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.
11h30 – 12h : Discussion et pause
12h 12h30 : Catherine le Bris, chargée de recherche, Université Paris 1. Contrainte sociale et contrainte individuelle : les mutilations génitales féminines.
12h30 13h : Ghada Hatem, Médecin-chef de la Maison des femmes de Saint-Denis. Prise en charge multidisciplinaire des mutilations sexuelles : l’expérience de la Maison des femmes de Saint-Denis.
13h 13h30 : Discussion générale et clôture du colloque

Organisation et contacts : 
Julie.Mazaleigue-Labaste@univ-paris1.fr
alicia-dorothy.mornington@univ-paris1.fr

Publicités

Discussion

Les commentaires sont fermés.

Licence CC-BY-SA

Si vous utilisez, citez !
%d blogueurs aiment cette page :